Interview : Aymeric Lenoir

Publié le par titi_62

Aymeric Lenoir a commencé le rallye en 2010 http://img198.imageshack.us/img198/5284/dsc4288b.jpgavec son AX N1. En plus d'être quelqu'un de très sympathique, il sait aller vite, très vite !

Les résultats parlent d'eux même : 8 rallyes en N1, 3 victoires, 3 2ème places (et à chaque fois dans les 30 premiers), une 4ème place et un abandon sur panne mécanique.

Et tout dernièrement, 2 rallyes en saxo VTS, un abandon (embourbé) et un victoire assortie d'une 10ème place au scratch

Je vous laisse découvrir le personnage et son parcours au travers de l'interview qu'il a gentillement acceptée.

 

Présentes toi en quelques mots:

Aymeric LENOIR, 24ans, Perthes (08), ingénieur industriel, passionné par tout ce qui a un moteur et des roues mais plus particulièrement l’automobile.

 

Racontes-nous tes débuts en sport auto :

  Alors que je suis passionné d’auto depuis mon plus jeune âge, ne connaissant personne dans le milieu, je n’ai jamais envisagé passer moi-même derrière le volant. Relativisant mes capacités en me répétant que nous sommes très nombreux a nous croire rapide mais que je ne suis probablement pas plus rapide que le champion du monde de la rue voisine…

  Tout commence par la JCUP FEUVERT en 2008(j ’ai déjà 20ans). Je descends a la sélection du circuit de la Bresse en covoiturage avec une personne rencontrée quelques jours plutôt sur un forum de covoiturage, un certain Pierre Alexandre Perrin…

  La sélection se déroule sur un slalom chrono le matin où seuls les 45 premiers sur 250 sont retenus pour rouler sur le circuit l’après-midi. J’y remporte une inespérée 10éme place parmi des gens ayant déjà pas mal d’expérience et à moins de 5 dixième de Perrin qui fait le temps de référence. L’après-midi sur circuit, je fini 7éme sur 45, a moins de 4 dixième au tour d’un certain Jérémy Beaux (ndrl : le gagnant de l’opération rallyes jeunes 2011)… et me qualifie donc parmi les 10 retenus pour la finale nationale !!

  Cette journée a presque changé le cours de ma vie puisque je quitte l’état d’esprit « je suis aussi bon/mauvais que n’importe qu’elle conducteur moyen » pour commencer à me poser des questions sur mon réel potentiel. A noter que ma seule expérience de sport auto avant la Jcup se résumait a une dizaine de séance de karting de location…

Lors de la finale nationale qui regroupe les 10 meilleurs de chacune des 4 journées de sélection, je me classe 12éme sur 40, insuffisant pour faire partie des sélectionnés pour la JCUP ACADEMY mais inespéré pour un néophyte comme moi !

  La suite, c’est ma victoire lors de la sélection 2009 sur ce même circuit de la Bresse ou je l’emporte devant Jeremy Beaux qui en était alors à sa 3éme tentative sur ce circuit !

Nous sommes donc qualifiés pour la JCUP ACADEMY, formation de 4 jours au « métier de pilote pro » sur le pôle mécanique d’Alès, encadré par Nicolas Bernardi et Matthieu Zangarelli. 20 au début, 13 après 2 jours et 8 la dernière journée.

  J’ai fait partie des 8 derniers mais tellement surpris de prendre conscience que c’était peut-être a ma portée que j’ai complètement craqué psychologiquement le dernier jour et j’ai fini 7éme.

Au même moment, un ami à moi sautait le pas et se payait une voiture de rallye… Pourquoi pas moi ?

C’est comme ça que je me suis mis a la recherche de l’auto qui correspondrait à tous mes critères et que, 8 mois plus tard, je faisais l’acquisition de mon AX GTI N1.

 

J’ai suivi tes débuts au Ternois 2010, avec Pierre Alexandre Perrin, et ça allait déjà très vite (24 scratch, 2ème N1). Est-ce que tu t’attendais à être aussi vite dans le coup ?

  Pierre Alexandre avait beau m’avoir prévenu plusieurs semaines avant le rallye, je ne pensais effectivement pas être si vite dans le coup ! Cependant, ce rallye reste aussi une grosse déception puisqu’après avoir gardé la tête de la N1 jusqu'à l’avant dernière ES et remporté 8 scratch en 11 ES, Brice Dumenil gagne finalement alors que nous avions 35s d’avance au départ de la dernière boucle. Cette remontée est due à un mauvais choix de pneu de notre part suite aux menaces d’un commissaire technique qui nous reprochait une largeur de voie trop étroite (Maintenant, je sais qu’il n’y a pas de minimum…).

 

Voilà une caméra embarquée de ce 1er rallye, accrochez vous, c'est chaud !

 

 

Tu as failli t’imposer en N1 au rallye du Vosgien face à Christophe David, une autre référence du N1 dans l’Est, qui a déjà donné du fil à retordre à Stéphane Goeuriot par exemple. Est-ce dû à tes excès de fougue ?

  A coup sûr, le plus beau rallye parcouru depuis mes débuts ! Extrêmement sinueux et vallonné.

Assez peu d’erreurs de pilotage malgré tout même si on endommage l’avant de l’auto dans une chicane un peu plus serrée que prévu

  Malheureusement, on casse les 2 vis du support de boite et on parcourt donc les 2 dernières ES avec le groupe motopropulseur qui se ballade d’avant en arrière dans le compartiment moteur…pas évident de se lancer à fond en descente entre les arbres lorsque l’on a un doute sur la fiabilité de sa monture... On finit donc 2éme de classe à 3s de DAVID, frustrant encore une fois, d’autant que le speaker se trompe et nous annonce vainqueur à l’arrivée au parc fermé !!!

 

On t’as vus ensuite sur 2 rallyes au volant de la saxo VTS de Florian Hosson. Un abandon après un début prometteur au Ternois et un top 10 au Charlemagne. Peux-tu nous en parler ? Te reverra-t-on au volant de cette auto ?

  Je dois d’abord remercier chaleureusement Jean-Pierre HOSSON et Florian car c’est grâce à eux que j’ai pu essayer cette auto, merci de m’avoir fait confiance en me prêtant votre auto !

Au Ternois, j’étais en délicatesse avec les freins dès le début de l’épreuve à cause de plaquettes pas vraiment adaptées à la pratique du rallye. Ce problème s’est donc soldé par un abandon, embourbé après être sorti un peu large d’un virage a l’approche duquel j’avais bloqué les roues.

Jean-Pierre et Florian ont tenu à ce que nous ne restions pas sur un échec et nous nous sommes donc engagés sur le Charlemagne après avoir changé ces maudites plaquettes ! La suite, vous la connaissez avec une 10éme place au général et un 7éme et 8éme temps scratch dans l’ES l’Eclusette !

Concernant l’auto, c’est une bonne A6 avec un peu plus de 170cv, une boite d’origine avec un couple court et un autobloquant, des trains triangulés et des gros freins.

Il n’est pas impossible que je roule de nouveau avec en 2013 mais je ne suis pas le seul décideur !!

 

Quel est ton meilleur souvenir ?

  Probablement cette victoire de classe au Charlemagne avec la satisfaction d’avoir pu prouver que l’abandon du Ternois était bien dû à une petite erreur et non pas à un rythme de course complètement surestimé…

 

Quels sont tes objectifs pour 2013 ?

  Pour 2013, l’objectif est de trouver le budget pour rouler en formule de promotion puisqu’à 24ans, c’est maintenant ou jamais pour tenter le pari !

Si malheureusement nous (Florian Hosson et moi) ne parvenions pas à réunir le budget nécessaire, nous essaierions probablement de nous qualifier pour la finale de la coupe de France des rallyes.

 

Quel est le plus beau rallye auquel tu as participé ? Quel est celui que tu rêverais de faire ?

  Comme déjà dit, le plus beau rallye est de loin le Vosgien 2012, très technique, très sinueux et étroit avec de nombreuses courbes en aveugle où la précision des notes fait toute la différence !

Parmi mes rêves, il y a le neige et glace ! Assurément un rallye sur lequel je m’engagerais dans les prochaines années.

 

L’auto de tes rêves ?

Saxo kit car, 106 maxi, clio R3… Toutes ces atmo à l’arrière train généreux et aux vocalises aigues me font rêver !!

 

Un petit mot pour la fin ?

Mesdames et Messieurs les passionnés de rallye, si vous avez des idées pour m’aider à financer la saison 2013, n’hésitez pas !! Je saurai vous le rendre !

Merci pour cette interview, et bonne chance à l’équipage Canny/ Filliette pour la saison 2013

 

 

Et pour finir une caméra embarquée avec Aymeric copiloté par sa mère Arièle (baptème en copilote) au rallye de Vervins 2011 :

 

 

 

 

Retrouvez toutes les interviews (Pierre Alexandre Perrin, Stéphane Goeuriot...) en cliquant ici.

Publié dans Interviews, Aymeric Lenoir

Partager cet article

Commenter cet article