Interview : Pierre-Alexandre Perrin

Publié le par titi_62

Journee-ASA_556.jpgPierre-Alexandre Perrin sera au départ du prochain rallye du Boulonnais avec sa nouvelle monture : une Clio Ragnotti N3. L'occasion de revenir sur le parcours d'un des pilotes les plus rapides de la région avec une petite interview !

 

Présentes toi en quelques mots :

Pierre-Alexandre Perrin, j'ai 27 ans. J'ai grandi du côté de Béthune et ça fait maintenant un an et demi que j'habite sur Strasbourg. J'y suis ingénieur d'affaires chez Agap2 (conseil en ingénierie).

 

D’où te vient la passion du sport auto ?

C'est mon père qui m'a transmis sa passion. Il courait en circuit avant ma naissance, et a repris la course automobile en 1994 en rallye au volant d'une Opel Kadett GTE. A ce moment là je pratiquais l'équitation mais, en 2003, j'ai eu l'occasion de m'essayer au karting. J'ai roulé en compétition jusqu'en 2007 avec notamment un titre de vice champion de France en 2005.
L'envie de passer en auto était là : j'ai alors tenté les sélections nationales pour me lancer.
Et puis, le rallye c'est une histoire de famille : le père, le frère, le beau-frère et la petite soeur !

 


Tes débuts furent très impressionnants : Vainqueur de la JCUP et finaliste Rallye Jeunes en 2008, sélectionné par Subaru pour la Boxer Cup 2009, finalement annulée… Tu t’illustres encore une fois aux sélections Rallye Jeunes en 2009 mais c’est malheureusement Quentin Gilbert qui est élu. Ainsi, tu te fais rapidement connaitre dans le monde du rallye et tu te lances en Swift Rallye Cup.615816_4001819720719_2010878870_o.jpg
En 2010, tu réalises un one-shot en Fiesta R2 au RAC pour une première sur terre et en mondial. Après une course impressionnante, Malcolm Wilson te repère et t’invite aux sélections M-Sport où tu fais partie des finalistes aux côtés de pilotes disposant d’une plus grande expérience en mondial.
Tu tentes ensuite la coupe twingo R1 en 2011 mais malgré une victoire au Lyon Charbo, un souci mécanique au Touquet et une sortie au Limousin te poussent à arrêter.

Ta pointe de vitesse a été démontrée de nombreuses fois,  mais cela ne t'as pas permis de passer à l’échelon supérieur. Si c’était à refaire, que changerais-tu ?

Excellente question !
Je pense que je changerais plusieurs choses. Je n'ai pas toujours fait les bons choix et les erreurs de jeunesse ne m'ont pas aidé. J'ai eu la chance de jouer aux avant-postes des coupes de promotion contre des pilotes comme Pierre Campana, Jérémi Ancian, Quentin Gilbert ou Sébastien Chardonnet qui ont tous fait leurs preuves en mondial par la suite ! Quand on roule sur le fil du rasoir, il arrive de sortir la route. Tout ça m'a pénalisé tant au niveau budget qu'au niveau de l'image.
Avec le recul, si c'était à refaire, je me ferais entourer d'autres personnes et je roulerais plus avec la tête !


10568931_1550842365143604_7078583602018674515_n.jpg

  

Après une période sans réussite (Sortie en Evo X et problèmes mécaniques en clio williams), tu passes désormais à la Clio Ragnotti N3, quels sont tes objectifs ?

L'objectif est clairement de se faire plaisir et de viser la finale de la Coupe de France des Rallyes 2015 qui se passera chez nous, à Boulogne-sur-Mer. Mais j'essayerai de ne pas refaire les erreurs du passé. Il faudra rouler intelligemment pour prendre de gros points à chaque rallye. Les places seront chères !!

 

 

Même si tu n’as pas encore la trentaine, tu as déjà un impressionnant CV, quels sont tes meilleurs souvenirs ?

- Mon 1er scratch en coupe de promotion, lors de mon 2ème rallye en Swift Rallye Cup à l'Alsace Vosges 2009,
- La 2ème place au Touquet en Swift Rallye Cup 2009,
- La 9ème place au scratch au Ternois 2009 avec la petite Ford Fiesta ST N3, ce qui m'a valu la 2ème place du groupe N,
- Bien entendu le Wales Rally GB, mon 1er mondial et mon 1er rallye terre !
- Mon titre de champion régional de slalom 2012 pour une découverte de la discipline.


DSC_2340.jpg

Une anecdote à nous raconter ?
La 6ème spéciale de l'Alsace Vosges 2009 : contrairement aux leaders de la coupe, j'ai pris la pluie battante dès le départ de la spéciale. Le pare-brise était complètement embué et à 10s du départ, un commissaire a essayé tant bien que mal de frotter le pare-brise avec un chiffon.
Même si je ne voyais pas grand chose, je suis parti le couteau entre les dents. Mon frère Grégory envoyait les notes et le rythme était très élevé, ça roulait vraiment à la note ! On a fait quelques passages chauds : à cause d'un ennui mécanique sur sa 106, je me souviens avoir doublé Delphine Libessart en fond de 5ème, les 4 roues dans la corde !
Mais à la fin, ça nous a permis de décrocher notre 1er scratch en Swift Rallye Cup.

 

 

DSC_5353.jpg

En 2012, tu t’essayes au slalom et termine champion de comité, pourquoi  ce choix de discipline ? Est-ce que cela a changé ta manière de piloter en rallye ?

Le choix s'est imposé de lui-même. J'avais zéro budget mais j'avais quand même envie de rouler. C'était la seule solution envisageable.
Je me suis rapproché de Franck Merlier pour les 2 premiers slaloms de la saison sur sa 205 rallye. Après 1 slalom sur une clio 16S F2-3 avec une 2ème place de groupe et de classe, j'ai eu la chance de faire 3 slaloms sur la 206 F2-3 de Marc et Vincent Andrieux. J'ai pu prendre de gros points dont une 2ème place scratch à la Vallée Heureuse, ce qui m'a permis de remporter le titre face à Thomas Caron.
Le slalom est une discipline plus complexe qu'il n'y parait, il faut être très précis tout en attaquant très fort. Ca permet aussi de se mettre en valeur, même sur des petites autos. Etre polyvalent, c'est une des qualités nécessaires pour faire du rallye, ça a forcément influé sur mon style de pilotage.

  DSC_7940.jpg

Un rêve à réaliser ?

Pour moi, il y a 3 rallyes mythiques dans le championnat du monde : le "RAC", le rallye de Suède et le rallye de Finlande. J'ai eu la chance de faire le 1er cité, j'adorerais prendre part aux 2 autres !

Le mot de la fin ?
Je tiens à faire quelques remerciements :
- à mon père qui est toujours derrière moi, qui passe des dizaines d'heures pour préparer la voiture avant et pendant chaque rallye avec Patrick Thullier et Yves Vanacker, ainsi qu'au reste de la famille et aux amis qui nous soutiennent,
- à mes partenaires, TWV Transport Express à Béthune, Ets Verrier (travaux publics et privés) à Ruitz, ou MixFrance (stations de lavage),

  - aux organisateurs et commissaires qui prennent énormément de leur temps pour nous permettre de rouler. On ne les remerciera jamais assez !
- aux journalistes, spectateurs, sites web de s'intéresser aux pilotes et de nous encourager

13575_1550842408476933_850142631156205189_n-copie-1.jpg

Un grand merci à Pierre Alexandre d'avoir répondu à cette interview et bonne chance pour la suite avec sa nouvelle monture ! On devrait ensuite le retoruver au Béthunois et au Vosgien accompagné de sa soeur Margaux.

 

Retrouvez toutes les interviews (Aymeric Lenoir, Stéphane Goeuriot...) en cliquant ici.

Publié dans Interviews

Partager cet article

Commenter cet article